Histoire

Le commencement

<Bloody Tearz> est fondée le 31 mars 2005 sur le serveur Arak-arahm. La guilde a tout d’abord pour objectifs de créer un groupe de joueurs au comportement adulte dans le chaos des premières semaines de World of Warcraft. Petit à petit, un roster se forme et les boss de raid tombent les uns après les autres, ne laissant que Gothik, 4 Horsemen et Kel’Thuzad en vie à la sortie de Burning Crusade.

La guilde a ainsi tourné sans interruption tout au long des différents tiers de raid, avec des résultats au niveau francophone plus ou moins intéressants. Le serveur Arak-arahm souffrant peu à peu des migrations et changements de factions, il devient de plus en plus dur de maintenir un roster solide et efficace. C’est ainsi que la guilde décide définitivement de passer en format 10 joueurs lors de la sortie de Firelands, tentant dans le même temps de rivaliser avec la guilde Freak Me Out, du côté Horde du serveur.

L’aventure Hyjal

La fin de Cataclysme fragilise le roster, peu aidé par le fait qu’il est possible de visualiser la totalité des joueurs connectés dans l’Alliance en faisant un /who pendant les soirs de raid. La décision de migrer vers un serveur plus vivant et plus compétitif est prise, ce qui a donné un véritable coup de boost à la guilde. Bien que le roster demeure quasi entièrement de joueurs d’Arak-arahm, la guilde prend son envol dans le top francophone dès la sortie de Mists of Pandaria, galvanisée par la concurrence du serveur Hyjal, n’étant malgré tout à l’époque qu’un serveur à population moyenne.

L’Âge d’Or ©

Lors de Throne of Thunder, le roster de 11 joueurs seulement parvient à se hisser dans la deuxième page du classement “West” et à la 3ème place francophone, ce qui contribue à promouvoir le serveur Hyjal en tant que premier serveur PvE francophone. Suite à une réduction temporaire du coût de migration, un afflux de joueurs énorme arrive sur le serveur, rendant les conditions de raid compliquées, avec des files d’attente de connexion en début de soirée. La guilde profite donc par la suite d’une migration gratuite vers le serveur Dalaran, beaucoup moins peuplé mais dans une situation presque similaire à celle d’Hyjal lors du transfert depuis Arak-arahm en 2012. Elle termine l’extension en signant une deuxième place francophone sur Garrosh, ce qui est à ce jour une des meilleures performances réalisée par Bloody Tearz.

Bloody Tearz 2.0

Malheureusement, l’annonce du format 20 joueurs ainsi que la lassitude de la team d’officiers, ayant contribué à la guilde pendant de longues années, aura raison de ce roster performant. Dans l’espoir de conserver l’esprit de la guilde, le flambeau est repris par les quelques joueurs restants, avec comme objectif de reformer un roster solide de 20 joueurs pour la sortie de Warlords of Draenor, tout en gardant les valeurs propres à Bloody Tearz.

Le pari est réussi, puisque Mar’gok tombe en 4ème francophone, malgré les “nouveaux” problèmes liés au format de raid plus grand et à la “jeune” team d’officiers. Les résultats de l’extension sont néanmoins satisfaisants, prouvant que la structure est solide et expérimentée.

De la Garrison à Maw of Souls

Legion est abordée dans la même veine que Warlords of Draenor, avec toutefois une grande claque au vu du temps de jeu nécessaire pour rester dans la compétition avec les activités hors-raid plus importantes que jamais, et un rythme de sortie des tiers de raid rapide. La guilde décide malgré cela de ne pas mettre de côté la progression sur Helya, trouvant dommage que beaucoup de guildes aient abandonné après avoir vu la difficulté du boss. Ce choix va néanmoins grandement fatiguer les effectifs, et faire perdre un certain nombre d’anciens joueurs faisant partie du cœur du roster.

Descente en enfer

Bien que la guilde ait pu souffler un peu lors du clean de Nighthold, la décision d’enlever un soir de raid est prise, afin de faciliter le recrutement et de lâcher un peu de leste. Malgré tout, la progression sur Tomb of Sargeras tourne au vinaigre à partir de Fallen Avatar, en enchaînant perte de joueurs, recrutements foireux, et changements de line-up chaque soir de raid. Là où 99% des guildes auraient disband au vu de la situation, la guilde s’obstine néanmoins à terminer le tiers, n’obtenant même pas le haut fait de première guilde du serveur (ce qui ne s’était pas vu depuis 2012).

Pourquoi tombons-nous ?

La courte pause entre Tomb of Sargeras et Antorus a été consacrée à la remotivation des troupes, et au recrutement de joueurs stables. La progression sur Antorus se déroule bien mieux, même si une IRL au ski retarde inévitablement le kill du Coven. Aggramar se fait néanmoins plier très rapidement, et une performance “dans la moyenne” est faite sur Argus. Finalement, la guilde a réussi à reprendre sa place de première guilde Alliance francophone. Le roster est actuellement sain, motivé, sympathique et efficace, ce qui permet de tracer un trait sur l’épisode Tomb of Sargeras, et envisager Battle For Azeroth dans les meilleures conditions.

To be continued…